En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies et nos conditions générales.

Blog Lifestyle d'une Parisienne à Genève

le-gout-du-bonheur-marie-laberge-trilogie roman
lire

Le goût du bonheur – Marie Laberge : une trilogie pour savourer l’hiver

Découverte grâce au bouche-à-oreille de copines, cette trilogie se lit avec délice. Le pitch : la famille Miller et leurs six enfants, une résidence estivale sur l’île d’Orléans non loin de Québec, et la crise des années trente juste derrière eux. Une saga familiale dans laquelle le goût du bonheur prime sur certaines conventions. Des personnages forts et attachants que l’on suit avec une impatience grandissante au fil des 2000 pages. Exaltant et captivant.

À travers le destin de cette famille, Marie Laberge nous conte l’histoire du Québec de 1930 à 1967 et nous fait vivre au travers de ses personnages les évènements marquants de cette époque : la crise économique, la bataille des femmes pour l’obtention du droit de vote, la domination économique des canadiens anglais, l’importance de la religion. Gabrielle, Adélaïde, Florent traversent la vie avec passion, questionnements et convictions. On pleure, on tremble, on rit, on vit. C’est là que réside la vrai force de ces trois romans. Et sous-jacente, l’eternelle question du choix et de notre liberté face à ces choix.
L’écriture pourra vous déstabiliser légèrement au début car certains mots et tournures de phrases utilisés sont typiquement Canadiens, mais le petit lexique à la fin du roman vous éclairera et vous vous habituerez très vite.

Le goût du bonheur et la question du choix

« Savoir qu’on peut faire quelque chose change tout, même pour celles qui choisissent de ne rien faire. C’est avoir le choix qui est important, avoir la possibilité. »

La force de ce roman tient dans l’intensité des personnages et leurs choix tout au long de leur vie. On ne peut s’empêcher de penser à chaque évènement « que serait-il arrivé si …? « 

Que va devenir Gabrielle, la mère, femme lumineuse, courageuse, soucieuse des conventions mais aspirant à plus de liberté ?
Que va faire Adélaïde, sa fille, déchirée entre sa tendresse pour le jeune Florent et sa passion pour l’irlandais Nic McNally ?
Quelle destinée attend Florent, homosexuel promis à un brillant avenir dans une société où la religion est omniprésente ?

Le goût du bonheur – extraits choisis

Tome 1 Le goût du bonheur – Gabrielle

« Ce soir-là, une fois la famille endormie, Gabrielle demeure longtemps accoudée à la fenêtre à regarder les lumières de Québec au loin. Elle pense à Edward et à son mariage, à cette famille qui ne cesse d’« égrandir », comme disent les paysans, (…) Ce soir, en traversant le hall de l’hôtel Bel-Air, Gabrielle a de nouveau senti ce trouble physique qui ne l’a jamais quittée depuis août 1920. Et cela fait dix ans ! »

Tome 2 Le goût du bonheur – Adélaïde

 » Très bien Adélaïde. Tu feras ce que tu veux, mais essaie donc de penser à ta famille pour une fois. Si Nic a la générosité de te l’offrir. Épouse-le. Tout ce que je peux te dire c’est que ce n’est pas comme ça que nous t’avons élevée, ta mère et moi. Tu n’es pas la digne fille de ta mère. »

Tome 3 Le goût du bonheur – Florent

« Léa a un deuxième père qui a des « tendances », comme on dit, et je voudrais qu’elle voie que ça n’est pas une maladie, que ça n’est pas une horreur, mais que ça demeure un problème parce que les gens jugent ce goût particulier comme une maladie. Je pense que ça prend du courage quand on est différent de la masse des gens. »

À propos de l’auteur : Marie Laberge est née à Québec. Romancière et dramaturge, elle édifie depuis vingt ans une œuvre qui lui a valu une vaste audience aussi bien au Québec qu’en Europe. Le Goût du Bonheur a reçu le Prix du grand public du salon du livre de Montréal (2001). En savoir plus

Où trouver le livre ? www.fnac.com Les trois tomes existent en format pocket, très pratiques pour les vacances.

D’autres idées de lecture à retrouver sous la rubrique Le Colibry se divertir / lire

Recevoir la newsletter